Communiqué de presse
7 novembre 2018

Compte tenu des conditions sauvages qui balaient en ce moment le golfe de Gascogne (rafales d’ouest pour 50 nœuds, mer très forte et croisée), le skipper de Cré’actuel a pris la sage décision lundi soir de s’abriter dans le port de Bénodet en attendant une fenêtre météo pour repartir. Bertrand de Broc a subi en outre une avarie de pilote automatique dans le chenal du Four, le contraignant à barrer 7 heures durant pour rejoindre l’Odet. Avec son routeur Marc Guillemot, le skipper étudie toute les opportunités pour repartir, d’autant que la direction de course de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe vient de reculer la fermeture de la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre au 7 décembre au lieu du 2 ! 

« Mon catamaran (TS 52) n’est pas fait pour affronter une mer dantesque et des vents de plus de 50 nœuds. La limite pour ce genre de bateau c’est 4 m de creux. J’ai préféré protéger le bonhomme et le bateau, c’est le bon sens marin. » explique Bertrand de Broc amarré au ponton de Bénodet à côté de deux autres concurrents de la classe Rhum Multi : Christian Guyader et Christophe Bogrand. Le début de course de la 11e édition de la Route du Rhum-Destination Guadeloupe est on ne plus rude pour les 123 équipages partis dimanche dernier de Saint-Malo. Près d’un tiers de la flotte s’est arrêtée pour cause d’avarie ou de mise à l’abri, secoué par un front dépressionnaire casse-bateau. Bertrand met aujourd’hui à profit ce temps d’attente pour réparer son pilote automatique et les petits bobos du bord.

bertrand_de_brocBertrand de Broc à bord de Cre’actuel
Crédit photo : Catherine Luro

Marc Guillemot : « Le créneau pour repartir n’est pas évident ! »
Les dépressions automnales se succèdent dans le golfe de Gascogne, et la fin de semaine promet encore beaucoup d’agitation en mer. « Il y a encore un coup de vent à venir, je regarde plusieurs fois par jour pour trouver une éventuelle fenêtre pour que Bertrand puisse repartir. » confie Marco, routeur et cousin de Bertrand. « Je suis content qu’il se soit arrêté à Bénodet plutôt qu’en Espagne. Car pour repartir de Gijon, c’est vent dans le nez avec beaucoup de mer. Pas simple ! » Malgré cet arrêt forcé, Bertrand de Broc reste l’esprit tourné vers la course. La fermeture de la ligne d’arrivée à Pointe-à-Pitre étant reculée au 7 décembre tout est encore possible pour batailler avec les concurrents de la classe Rhum Multi. L’envie de naviguer en course est plus que jamais présente. On ne change pas un marin façonné par les embruns depuis plus de 40 ans !

Contact presse : Liliane Fretté Communication – www.frette.fr
Liliane Fretté : 06 62 90 31 31 – lfrette@frettecommunication.com

Télécharger le communiqué de presse
Bertrand de Broc à l’abri à Benodet – CP No3

 

sponsors_bertrand_de_broc_1000px.jpg

Bertrand de Broc à l’abri à Bénodet
Rate this post