Communiqué de presse
2 novembre 2018

A moins de 48h du départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe, le skipper du TS 52 Cre’actuel sent doucement monter l’adrénaline du grand saut dans l’Atlantique. Bertrand de Broc rentre dans sa bulle, profite de ses derniers instants à terre entre les derniers préparatifs, l’étude de la météo avec son routeur Marc Guillemot et engrange cette énergie positive qui l’entoure, car ce vendredi après-midi, son catamaran a été baptisé par Laurence Linière, incroyable bout de femme combattant le cancer avec force et courage.

Le Rhum de Bertrand de Broc fleure déjà bon les effluves du soleil au zénith comme ce grand rond jaune collé sur sa grand-voile symbole du soutien contre la maladie. L’émotion était palpable sur les quais de Saint-Malo cet après-midi lors du baptême de Cré’actuel en présence de Vincent Leblay, PDG de Cré’actuel et Laurence Linière. « De l’énergie, de l’amitié, de l’audace et de la solidarité : la recette parfaite pour constituer, ensemble, l’élixir du bonheur et de la force nécessaire pour surmonter les maux de la vie. C’est bien connu, l’union fait la force. » confiait la marraine du bateau et l’initiatrice du projet « Les maillots jaunes » en remerciement du soutien qui lui est donné… La Route du Rhum de Bertrand de Broc aura bien une saveur particulière au-delà de l’aspect sportif et c’est ce qui motive le marin à l’expérience bien trempée.

Bertrand_de_broc_laurence_liniere_vincent_leblayDe gauche à droite : Bertrand de Broc, Laurence Linière (marraine du bateau) et Vincent Leblay (fondateur Cre’actuel)
Crédit photo : Catherine Luro

Départ rapide à la rencontre d’un front costaud
Les conditions météo pour le top départ dimanche à 14h (15-20 nœuds de vent de sud-sud-est) devraient permettre aux 123 concurrents de lâcher les chevaux pour sortir rapidement de la Manche. « Ce sera rapide mais maniable jusqu’à mardi, c’est-à-dire au milieu du golfe de Gascogne. Après, il va falloir négocier un front qui peut donner 35 nœuds, voire plus, et des creux de 6 à 7 mètres » explique Bertrand de Broc qui étudie depuis deux jours avec Marc Guillemot des fichiers météo pas encore très clairs. « Deux options se dessinent, partir au front plein ouest au risque de casser mais ensuite glisser rapidement avec un vent de nord-ouest, ou rester à la côte pour jouer la sécurité tout en étant plus lent ». Les deux compères se grattent la tête, affinent leur stratégie sachant qu’un catamaran dans le gros temps demande beaucoup d’attention : « Il faudra garder une main sur les écoutes. En monocoque, c’est moins stressant qu’en multicoque. » ajoute le skipper de Cré’actuel qui prendra pour la 5e fois le départ de la mythique transatlantique en solitaire. La chevauchée de 3 542 milles entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre en Guadeloupe s’annonce corsée !

Contact presse : Liliane Fretté Communication – www.frette.fr
Liliane Fretté : 06 62 90 31 31 – lfrette@frettecommunication.com

Télécharger le communiqué de presse
Bertrand_de_Broc_CP_No2

sponsors_bertrand_de_broc_1000px

 

Bertrand de Broc : « Il va falloir garder la main sur les écoutes »
5 (100%) 1 vote